Anti-stress naturel et remède pleine forme, 7 raisons d’essayer le Strala Yoga

strala-yoga

Et si on créait un cocktail anti-stress naturel + pleine forme + clarté mentale ?

Avec le Strala Yoga, c’est en bonne voie, et dans cet article, on va voir pourquoi.

S’il y a quelque chose qui nous réunit tous ici, sur Flow Life, c’est bien cette envie :

  • D’être en pleine forme
  • De prendre soin de soi
  • D’être aux commandes de son attention
  • De se sentir léger et à l’aise, dans son corps comme dans sa tête.

Un beau programme qui va naturellement nous demander une certaine mise en place.

Le hic, vous l’avez très certainement déjà constaté : tout ce qu’on va instaurer ne tiendra pas forcément dans la durée, qu’importe notre degré de motivation.

On peut tous se lancer dans un petit brainstorming sur nos besoins, dans l’idéal, et aboutir à une liste comme celle-ci :

  • Une activité pour gérer le stress naturellement
  • Une activité pour mieux dormir
  • Une activité pour bouger
  • Une activité pour être un peu plus connecté à soi
  • Une activité pour canaliser son attention et dissiper le brouillard mental
  • Une activité pour être davantage ancré dans le moment présent

Mais vous avez surement un peu de bouteille dans votre carrière de « routiniste », et vous savez qu’une telle liste n’a que (vraiment) très peu de chances de tenir dans la durée.

Enfin…

Sauf si on pouvait trouver une activité qui puisse regrouper tous ces bienfaits, et qui nous demanderait juste 2 ou 3 sessions par semaine !

Aujourd’hui, on vous propose donc de se pencher sur le Strala Yoga en abordant la très chouette synergie qu’il nous offre (et qui lui est propre).

1. Votre corps est unique, accordez-lui l’attention qu’il mérite

C’est un des points de départ du Strala Yoga : nos corps sont différents.

Et ce n’est pas une simple punchline édulcorée, c’est un fait anatomique incontestable.

Les variations d’un corps à l’autre sont beaucoup plus marquées qu’on ne le croit, et c’est pour ça qu’en Strala, on se défait des règles d’alignement strictes.

Puisque ce système rigide repose sur l’idée que nous sommes tous semblables et donne pour chaque posture une liste d’instructions faite pour tout le monde (mais qui ne correspond en réalité à personne), il n’a rien à faire dans une pratique qui prône une vraie relaxation.

Parce que, comme on le dit tout le temps, c’est difficile de se sentir bien en marchant dans des chaussures deux tailles trop petites ou de profiter d’une expo avec des lunettes aux corrections trois fois trop fortes !

Pratiquer le yoga avec des alignements pour lesquels votre corps n’est pas fait ça n’a rien de relaxant, et c’est exactement comme ça qu’on ressort parfois d’un studio plus stressé et tendu qu’on y est entré.

C’est à la posture de s’adapter à votre corps et pas le corps à la posture !

Avec le Strala, vous donnez à votre corps ce qu’il mérite : une attention particulière.

Si ça vous intrigue, vous pouvez aller plus loin en lisant notre article « Pourquoi il n’y a pas d’alignements en Strala Yoga« .

2. Être plus connecté au moment présent #Focus #ClartéMentale

Dans son excellent livre « Stolen Focus« , Johann Hari part à la rencontre de nombreux scientifiques du monde entier pour déterminer les causes de notre perte d’attention du plus en plus marquée.

Et un de ses constats, étayé par Guy Claxton, professeur des sciences de l’apprentissage à l’université de Winchester, est que globalement, aujourd’hui, tout va plus vite.

Tout s’accélère, tout augmente.

Le nombre d’informations auxquelles nous sommes confrontés chaque jour, la vitesse à laquelle elles s’enchainent… Il a même pu mettre en évidence que, en moyenne, les gens parlaient 10% plus vite aujourd’hui qu’en 1950.

Ce phénomène est aujourd’hui à l’origine d’une surcharge cognitive dont les conséquences sur notre capacité d’attention sont désastreuses.

Et durant ses recherches il a analysé ce qui se passe au niveau du focus si on s’adonne à des activités particulièrement lentes comme le Yoga ou le Tai Chi, et il a découvert qu’avec une pratique régulière notre capacité d’attention augmentait de manière significative.

Ses conclusions au sujet de cette étude l’ont amené à dire que la lenteur nourrit notre attention et que la vitesse l’atomise.

Qu’en bougeant à un rythme adapté à la nature humaine, on a la capacité de renforcer notre attention.

Impossible de ne pas souligner l’essence même du Strala Yoga, à la frontière entre le Tai Chi et le Yoga, qu’on pratique sous forme de flow lent, focalisé sur son corps et ses sensations.

Pour aller plus loin dans cette direction, on vous suggère la lecture de notre article « Pourquoi le Strala Yoga marche aussi bien pour dissiper le brouillard mental » qui évoque la connexion étroite entre la pratique du Strala et les mécanismes fondamentaux de l’attention.

Accompagnement one-to-one pour les élèves

3. Être plus connecté à soi, son corps et ses besoins – le cœur du Strala Yoga

En Strala Yoga, on dit qu’on pratique à la sensation. Mais qu’est-ce que ça veut dire ?

En partant de ses principes clés :

  • Nos corps sont tous différents, il faut adapter la posture à son corps et non l’inverse.
  • Le plus important, c’est de sentir bien 100% du temps, de ne pas forcer, de choisir la voie de la douceur.

On peut déduire qu’on a besoin de savoir comment on se sent quand on s’installe dans une posture.

On a besoin d’explorer la posture et de se questionner : « quand on va un peu par là, comment on se sent ? Et par ici, est-ce que c’est mieux ? »…

On se retrouve donc à porter attention à « comment on se sent » tout au long de notre pratique.

Nos ressentis sont la matière première avec laquelle on crée notre mouvement.

Et donc, logiquement, ça renforce énormément notre connexion à soi, à notre corps et à nos sensations.

Et ça s’applique aussi en dehors du tapis : on est beaucoup plus à même d’identifier spontanément ce qui nous correspond le plus, ce dont on a besoin, etc.

On est connecté à soi.

Et ça va même jusqu’à influencer notre alimentation.

Des études montrent très clairement qu’avec une pratique régulière, on mange davantage en rapport à sa faim, on mange moins en réponsse au stress, etc.

Encore une fois, avec le Strala Yoga il n’y a rien de superficiel ou de magique, on est loin des discours New Age imbibés de charlatanisme.

On est dans la réalité, dans le concret, dans la biologie la plus élémentaire.

Et si son fonctionnement vous intrigue, vous pouvez vous plongez dans notre grand guide du Strala Yoga.

4. Renforcer son sommeil

Ici, c’est très simple : le Strala via toutes ses particularités, va se faire le rempart idéal face aux ennemis du sommeil réparateur.

On fait le tour de la question dans notre article « Comment le Strala Yoga détruit les obstacles au sommeil réparateur« .

  1. On aborde les grands mécanismes du sommeil et les composants essentiels pour une nuit réparatrice,
  2. On passe en revue ce qui menace ces mécanismes,
  3. On voit comment le Strala se dresse en protecteur de notre récupération optimale la nuit.

 

strala-yoga-detente
Photo : Julian Mathieu

5. Réduire son niveau de stress et d’anxiété – l’anti-stress naturel par excellence

En Strala, sur le tapis, notre façon de bouger, de respirer et de ne jamais forcer va déclencher ce qu’on appelle la « relaxation response« .

Concrètement ? Notre corps passe en mode récup’ en s’installant dans son système nerveux parasympathique : c’est la vraie détente, la vraie relaxation.

Ce qui n’est absolument pas garanti avec le yoga tel qu’on le pratique généralement aujourd’hui.

C’est assez piégeux, parce qu’on associe le yoga au bien-être, à la détente, au calme… Mais en forçant dans les postures, en poussant, en se conformant à des alignements qui ne nous conviennent pas, en suivant un ensemble de règles strictes et rigides qui déterminent comment « on devrait » faire les choses, on déclenche l’inverse.

On déclenche la « stress response« . On stresse le corps, on l’immerge dans un flot d’hormones de stress comme le cortisol.

Comme le rappelle Tara Stiles, la co-fondatrice du Strala Yoga : « chimiquement, nous sommes bien moins capables de percevoir l’ensemble des options qui s’offrent à nous, nous sommes déconnectés de nos sensations, nous devons moins créatifs, moins intuitifs ».

Cette façon de pratiquer nous met dans un mode « gestion du danger ». Elle nous plonge dans l’hyper-vigilance.

Rien de bien relaxant…

Si on devait se pencher sur le cocktail chimique du Strala Yoga , au lieu du cortisol, on y verrait plutôt des endorphines par exemple, déclenchées par des étirements doux et progressifs.

L’idéal pour améliorer la gestion du stress et de l’anxiété de manière naturelle.

Enfin, un dernier point qu’on peut aborder avant de vous renvoyer sur notre guide (plus complet), c’est la baisse du niveau d’adrénaline.

Quand on pratique le Strala Yoga, puisqu’on relie très étroitement ce qu’on fait et ce à quoi on pense (on pratique à la sensation, notre attention est donc portée à 100% sur ce qu’on fait à chaque instant) on coche les principales cases pour entrer dans un état de concentration intense, et même derrière, en état de flow.

Et ça va faire monter notre niveau de dopamine, un neuromodulateur associé notamment au plaisir, qui va avoir pour effet de réduire notre niveau d’épinéphrine, autrement appelée adrénaline.

Un nouveau levier considérable dans cette quête d’un stress moins paralysant.

6. Bouger, et apprendre à bouger

Bouger, c’est très important.

Beaucoup d’entre nous ne bougent pas suffisamment et n’arrivent malheureusement pas à trouver une pratique qui leur plait.

Si on ne s’y retrouve pas dans le fitness en salle, le renfo’ à la maison, la course à pied ou les sports collectifs, ça peut être un brin compliqué de bouger sans se forcer (ce qui ne tient jamais dans la longueur).

Et on n’a pas tous une salle d’escalade à côté de chez nous, ou une piscine, un club de kayak, etc.

Avec le Strala, on a une belle porte d’entrée, puisqu’on a l’opportunité d’adapter absolument tout à soi et à « comment on se sent » donc on arrive très facilement à créer un début de pratique doux, simple, confortable… Bref, parfait pour cocher la case « bouger » quand on n’a pas l’habitude.

Mais ce n’est pas tout.

Il y a « bouger » et « bouger ».

Il y a bouger / « activité physique » et bouger / « savoir bouger avec son corps ».

On a parlé de celles et ceux qui ne bougent pas suffisamment dans la semaine et qui ont besoin d’amener du mouvement dans leur routine, mais il y a aussi ceux qui bougent, qui font parfois même du sport tous les jours, mais qui ont un mouvement brut, peu d’équilibre, peu d’amplitude, etc.

Pour illustrer ça, on ne va pas aller plus loin que Rémi, formidable exemple haha !

[Mon expérience personnelle – Rémi]

Quand j’ai commencé le Strala Yoga, je me suis aperçu que je ne savais pas bouger.

J’étais incapable de bouger de manière fluide.

Je manquais d’équilibre, de grâce dans mon mouvement (c’est peu de le dire ) et côté mobilité, comment vous dire… Je dis souvent que j’étais un vrai plot, un cône de circulation !

Je faisais du sport tous les jours ou presque. J’ai beaucoup couru étant plus jeune, je me suis éclaté dans à peu près tous les sports collectifs, ensuite j’ai fait du renfo’ avec des anneaux de gym, du CrossFit, etc.

On ne peut pas dire que je manquais de mouvement. Je bougeais dans la semaine. Mais comme dit plus haut, il y a « bouger » et « bouger », et clairement je ne savais pas bouger harmonieusement.

Et le yoga d’une manière générale n’est absolument pas une réponse en soi.

Même à mes débuts en yoga, quand je pratiquais le Vinyasa je n’étais vraiment pas dans le mouvement au sens où on l’entend.

J’étais dans la force, dans l’à-coup.

Si on me demandait de faire un flow, je tenais plus de C3PO que de Barychnikov.

Et donc ça a vraiment été ça : quand j’ai commencé le Strala, je me suis rendu compte que je ne savais pas bouger.

La pratique m’a amené à développer ma fluidité, ma mobilité

J’ai pu créer un mouvement doux et lent, créatif, sans friction. J’ai adoré ! Et ça a complètement changé ma perception du mouvement.

Comme je le dis aujourd’hui, en repensant à mes jeunes années : on peut passer son temps à faire du sport sans pour autant savoir bouger.

7. On vous offre vos deux premières semaines avec nous

Notre 7ème raison, c’est que ces prochaines semaines, on vous offre vos deux premières semaines avec nous, via nos abonnements Practice et Grow.

Vous rejoindrez une tribu d’élèves vraiment chouette à qui on doit cette ambiance si chaleureuse et accueillante.

Vous serez portés par l’effet de groupe (hyper motivant) et vous aurez l’occasion de mettre en place tout ce qu’on vient de voir, concrètement, dans votre semaine.

Pour en profiter, il ne vous suffit d’utiliser ce lien pour vous abonner.

Une autre bonne raison de s’y mettre !

Strala Yoga

tout savoir sur le Strala Yoga, notre grand guide

On y voit absolument tout : sa philosophie, son histoire et les incroyables bienfaits d’une pratique régulière.

Cours d'essai Flow Life

rejoins le studio en ligne

Intègre facilement le Strala Yoga dans ta routine avec des cours en vidéo et des cours en live !

Nous utilisons des cookies pour rendre votre expérience sur notre site encore plus agréable. En poursuivant votre navigation, vous acceptez nos cookies. 🍪